Accueil

Un Territoire Remarquable

Patrimoine / Le Pertuiset

Un point de passage ancien sur la Loire

Dès la préhistoire, le gué autrefois situé au lieu-dit « Le Pertuiset » a été utilisé comme voie de passage. Le nom du lieu semble issu du latin pertusus, « percé, troué », probablement en référence au relief du secteur, et renforce cette idée de passage très ancien.

Le Pertuiset, provenant aussi du patois "partiou" signifiant "petit passage" était un petit col qui permettait de franchir la crête rocheuse séparant les vallées de l'Ondaine et de la Loire. Du Pertuiset, on redescendait au niveau du fleuve Loire, que l'on traversait grâce à des bacs, au niveau de la Mûre.

Au début du XIXe siècle, le port de la Noirie est aménagé à proximité, sur la confluence de la Loire et de l’Ondaine, afin de pouvoir acheminer sur le fleuve le charbon issu des mines de Firminy et de Roche-la-Molière. Avec le développement de l’activité industrielle du bassin stéphanois, le rôle d’axe de passage du Pertuiset se renforce :

  • en 1841-1842, la compagnie des mines de Firminy et de Roche-la-Molière y fait édifier deux ponts pour traverser la Loire et l’Ondaine.
  • en 1885, la ligne de chemin de fer reliant Firminy à Saint-Just est ouverte, longeant le tracé des gorges de la Loire.
  • en 1907, le Pertuiset est relié à la ville de Saint-Etienne par une ligne de tramway à vapeur (électrifié en 1912).

Le premier pont qui enjambait la Loire était un pont suspendu en bois, d’une portée de 100m, doté d’une chaussée large de 2,20m et de trottoirs larges d’1,10m chacun. Il était à péage. En 1934, devenu inadapté au trafic routier en raison de son étroitesse et de sa fragilité, il est remplacé par un autre pont suspendu en fer et en ciment. Ce deuxième pont se révèle vulnérable aux basses températures à partir de 1985, notamment en raison du risque de rupture de la structure métallique. Durant l’hiver 1987, il est fermé les jours de gel ; puis, à partir de février 1987, un nouveau pont à haubans est construit, dont les câbles rappellent le pont suspendu.

Ce dernier pont, dit « pont du Bicentenaire de la Révolution », est inauguré en 1989. Son tablier est d’une largeur de 14m, et son pylône en Y mesure 48,48m au-dessus du tablier. Il permet un franchissement plus aisé des gorges et une densification du trafic.

 

Un lieu de villégiature stéphanois à la fin du XIXe siècle

La situation d’axe de passage du Pertuiset ainsi que sa localisation à l’entrée des gorges de la Loire vont aussi en faire un lieu de villégiature privilégié pour les Stéphanois à la fin du XIXe siècle. En effet, il devient un lieu de loisirs accessible facilement depuis la ville, doté d’un paysage magnifique et positionné en bord de fleuve. Le Pertuiset devient donc la destination dominicale idéale pour de nombreux stéphanois, qui peuvent y déguster dans des guinguettes la friture pêchée dans la Loire, se promener sur les plages ou découvrir le paysage des gorges en prenant le train sur la ligne nouvellement construite.

Si ces usages se sont un peu perdus après la création du lac de Grangent, le Pertuiset demeure néanmoins un point de départ idéal pour se promener dans la Réserve Naturelle Régionale et admirer ses paysages.